La Paz : Chaos, marchés et foetus de lama

La Paz : Chaos, marchés et foetus de lama

LA PAZ

Dès que nous sortons de l’avion le manque d’oxygène, dû aux 4000 mètres d’altitude de l’Alto de la Paz, se fait ressentir. Nous marchons, presque en titubant, dans les couloirs de l’aéroport afin de récupérer nos valises. A la sortie nous prenons un taxi qui nous amène à notre hôtel pour 60 bolivianos. L’autoroute qui descend de l’Alto jusqu’à la Paz nous offre une vue imprenable sur la capitale.

 

 

Le taxi nous laisse au niveau du rond point Vincenta Juaristi Eguino d’où partent plusieurs rues jonchées des “stands” de ce marché géant qu’est La Paz. L’hôtel Isla Bonita dans lequel nous allons séjourner se trouve calle Illampu, nous marchons quelques mètres depuis le rond point pour nous y rendre. La réceptionniste nous accueille chaleureusement, et nous propose une “chambre-appartement” pour 250 bolivianos en attendant qu’une chambre moins grande se libère pour la nuit suivante pour 200 bolivianos. Celle-ci se situe au 4ème étage, il y a deux chambres de 3 lits simples, une chambre matrimoniale, deux salles de bain et un salon. Paula (la sœur de Victor) et Pablo (un ami), avec qui nous allons voyager jusqu’à Antofagasta, nous rejoignent une demie-heure plus tard.

 

LE MARCHE DES SORCIERES (witches market)

Nous partons nous balader et commençons par le “mercado de las brujas” (marché des sorcières) qui se situe en haut de la rue Sagarnaga et le long de petites rues. Nous passons devant les typiques foetus de lamas, les herbes et les morceaux de “palos santos” (bois saint) incandescents qui répandent une odeur dans les rues du marché. C’est un spectacle haut en couleurs et bien que nous n’ayons rien acheté, c’est agréable d’y serpenter.

Dans la Paz, on retrouve en majorité des personnes de la communauté indigène Aymara, bien qu’ils soient officiellement de confession catholique, ils conservent leurs rituels payens.
Dans le marché des sorcières, on peut trouver des produits variés pour réaliser des rituels, comme des amulettes , des poudres magiques, des crapauds dé-séchés, des tortues et des becs de toucans mais ce qui est le plus typique sont les fœtus de lamas accrochés à chaque stand du marché des sorcières. Le prix de chacun varie en fonction de son poids, sa taille et son état de gestation. Ces fœtus de lamas sont utilisés pour donner de la prospérité et chasser les mauvaises énergies dans un nouveau foyer. Pour cela il faut enterrer le fœtus à l’entrée de la maison.
Pour les touristes ils existe des produits plus banaux comme les “palo santo”, une espèce d’encens fait en morceaux de bois et qui sert à chasser les mauvaises énergies tandis qu’il se consume. Chaque sac de “palo santo” coûte 5 bolivianos.
Il existe également des chamans qui lisent l’avenir dans des feuilles de coca.

 

 

BASILIQUE DE SAN FRANCISCO ET LA RUE JAEN

Nous poursuivons notre marche jusqu’à la place San Francisco où nous rentrons dans la basilique qui porte le même nom. Sur la place, une dizaine de bolivien(ne)s vendent des jus de fruit, des empanadas salteñas (sorte de chausson à la viande avec une sauce aigre-douce) ou encore offrent un service de cirage de chaussures. Nous traversons la passerelle qui part du marché Lanza afin de monter dans les rues sinueuses de la Paz pour arriver jusqu’à la rue Jaen, une petite rue au style colonial.

La basilique de San Francisco est une des constructions les plus importantes de la ville. Construite entre l’année 1743 et 1758 dans un style appelé baroque métisse et qui représente une faune et une flore locale. Elle se trouve dans le centre ville. L’entrée est gratuite mais il est interdit d’y prendre des photos.

 

MIRADOR KILLI KILLI

Nous poursuivons notre ascention jusqu’au mirador Killi Killi. De là, on peut profiter d’une vue à 360° sur toute la Paz. Le paysage est impressionnant et permet de se rendre compte de l’immensité et la densité de la ville.

 

 

PLACE MURILLO ET MARCHE QUEMADO

Nous redescendons vers le centre en passant par la place du Palacio Quemado où se trouvent des centaines de pigeons. Pour cause, “l’attraction touristique” la vente de nourriture pour ces oiseaux. Le décalage horaire et le manque d’oxygène se font de plus en plus ressentir

Sur cette place, à part les enfants et les pigeons, il y a également le palais présidentiel appelé “Palacio Quemado” (palais brûlé) et la cathédrale de la ville construite sur une côte prononcée. 

 

 

LES MARCHES DE LA PAZ

Marché negro et uruguay

En remontant la rue Graneros depuis le marché des sorcières, se trouve le marché negro, une rue sans fins de stands où se vendent principalement des vêtements à des prix qui font douter de leur authenticité. Plus haut, en arrivant dans la rue Max Paredes il y a quelques vendeurs de tissus traditionnels appelés “Aguayos”, on peut en acheter une de bonne qualité pour 50 bolivianos. Nous avons continué notre chemin jusqu’au marché Uruguay qui se trouve juste en face de cette avenue. Ce marché est fréquenter à ‘here du déjeuner, il est possible d’y manger du poisson pour des prix très bas.

En descendant la rue Sebastian Segurola vous pourrez trouver des articles électroniques à bas prix.

 

MANGER DANS LA PAZ

Les restaurants

Nous avons mangé dans divers restaurant où un plat gargantuesque coûte en moyenne 35 bolivianos. On ne peut pas dire que ce soit de la haute gastronomie mais ça à le mérite de remplir la panse.

Le marché Lanza

Tous les matins durant trois jours, nous sommes allés petit-déjeuner au marché Lanza. Des mamitas à la hélant les passants depuis leur petits locaux de 2×4 mètres et qui vendent des pains à l’avocat avec des tomates, oignons et de l’œuf accompagné d’un café ou d’un thé. Il y a aussi des locaux entièrement dédiés à servir des jus de fruits et des salades de fruits. Un délice à des prix imbattables. Le marché Lanza est notre coup de cœur gastronomique de La Paz.

 

 

UN REGARD SUR LA PAZ

Les rues de la Paz sont étroites mais elles n’en restent pas moins remplies. L’une des premières choses qui me marquent dans cette ville est qu’on ne sait jamais trop où commence et où termine un marché. Par exemple, dans la rue de notre hôtel, il y a de nombreuses personnes vendant des vêtements de sport, si on poursuit plus bas vers le rond-point, ces stands continuent. Dans l’une des rues parallèles, des stands de nourriture type chips et gateaux, dans une autre parallèle exclusivement de l’alcool. Si l’on remonte la rue Illampu dans l’autre sens, la première rue sur la droite remonte vers le marché Uruguay qui est un marché de comedores, puis plus loin sur la gauche on rejoint le mercado de las brujas sans quitter un seul mètre de stands de ce marché sans fin que sont les rues de la Paz.

 

 

Les cholitas sont les mamas boliviennes. Elles portent plusieurs couches de jupons, un chemisier à manche longue sur lequel elle rajoute un grand châle en poils de lamas, de longues tresses aux quelles elles nouent des sortent de pompons et enfin un chapeau melon qui tient on ne sait trop comment sur leur tête. Ce sont elles qui semblent régner sur la ville. Leur aguayo sur le dos, elles transportent leurs enfants ainsi que la marchandise qu’elles s’apprêtent à vendre. On les retrouve à chaque coin de rue, vendre de l’artisanat, des jus d’orange, des empanadas, des articles de papeterie et j’en passe. Les cholitas sont l’image de la Paz et il est certain que sans elles, la capitale perdrait de son charme et de son authenticité.

 

 

UN DIA EN EL ALTO

 

 

Nous dédions notre deuxième journée à l’Alto de la Paz. Comment rater l’immense marché aux puces qui s’étale dans les dizaines de rues ? De plus nous pourrons profiter d’aller par nos propres moyens assister au spectacle “las cholitas wrestling“.

 

LES TELEPHERIQUES

Pour accéder à l’Alto de la Paz, nous empruntons un premier téléphérique orange puis nous changeons pour prendre le téléphérique rouge jusqu’au terminus. Le coût du billet pour un téléphérique est de 3 bolivianos et de 5 bolivianos pour les deux.

Ce réseau de transports a été créé pour fluidifier les compliquée circulation de la Paz. Elle se compose de trois lignes et l’une d’entre elle sert à arriver jusqu’à l’Alto.

 

 

LE MARCHE GEANT

Dès que nous sortons de la cabine, nous nous retrouvons submergés par la foule et nous entrons des les étroites allées du marché. On y trouve de tout, des choses les plus banales aux objets les plus improbables. Nous marchons une bonne heure et la pluie nous rattrape. Comme c’est également l’heure du repas, nous entrons dans un comedor nous réfugier. Pour 10 bolivianos on nous sert une soupe de cacahuètes (sopa de mani) et un plat de résistance au choix.

El Alto est situé sur un plateau à 4149 mètres d’altitude, c’est la ville de plus de trente milles habitants la plus haute du monde. Elle se trouve dans la banlieue pauvre de La Paz, c’est l’une des villes avec les plus denses en terme d’habitants.

Le marché de l’Alto fonctionne seulement le dimanche. C’est un impressionnant marché de rue dans lequel on peut trouver absolument de tout, de pièces détachées de voitures, à de la viande de lama et en passant par de la soupe dans des sacs plastiques. Il n’est pas conseillé de reste le soir dans l’alto ni de prendre des objets de valeurs à causes de beaucoup de faits vols relatés. Pour autant nous n’avons rencontré aucun problème.

 

 

LA STATUE DU CHE

Après avoir mangé, nous marchons jusqu’à la fameuse statue du Che Guevara faite de ferraille. il y a également une statue d’un condor faite de la même manière.

Dans un endroit appelé “La ceja del alto”, non très loin des téléphériques (800 mètres), il y a une statue faite de morceaux de métal et qui à la forme d’Ernesto “Che” Guevara. Elle s’impose entre les stands de fruits, de cirage de chaussures et des rues bondées.

 

CHOLITAS DANS UN RING

Nous poursuivons notre marche dans l’idée d’aller réserver le show des “cholitas wrestling“. Nous marchons longtemps et finissons par nous perdre, nous arrivons dans un quartier où un passant nous conseille de faire attention à nos affaires. Nous trouvons enfin l’endroit où quatre ans plus tôt nous avions regardé le show accompagnés par un tour. Malheureusement nous apprenons que les cholitas ne font plus leur légendaire catch ici. Nous nous dirigeons vers l’endroit que l’on nous a indiqué. Le prix pour les étrangers est de 60 bolivianos, nous réussissons à le marchander à 50 bolivianos chacun.

Ce show ne peut se voir que le dimanche, Cholitas Wrestling est un spectacle à ne pas rater. Des cholitas habillées de manière traditionnelle s’attrapent par les tresses et réalisent des pirouettes digne de la WWF. Créé pour les diversion des locaux et des touriste, ce spectacle n’a aucune origine culturelle. Il y a des tours dans la rue Sagarnaga, à côté du marché de sorcières, qui organisent le trajet jusqu’au show mais nous avons décidé d’y aller par nos propres moyens et nous avons bien failli rater le spectacle. Nous vous recommandons d’y aller avec l’agence car l’endroit du show change régulièrement et il est possible de se perdre dans les rues de l’Alto.

 

I N F O R M A T I O N S   U T I L E S 

La Paz

  • Taxi de l’Alto jusqu’à la Paz : 60 bolivianos
  • Hôtel Isla Bonita : 50 bolivianos par personne
    Chambre avec salle de bain privée et eau chaude
    Rue Illampu
  • Prix en moyenne d’un repas : 35 bolivianos
  • Prix du petit déjeuner au marché Lanza
    Café :
    3 bolivianos
    Pain oeuf, avocat, tomates :
    6 bolivianos pour un des ingrédients, 9 bolivianos pour un mixte

    Jus de fruit naturel : 9 bolivianos
    Salade de fruit : 12 bolivianos
  • Téléphérique : 3 bolivianos pour un, 5 bolivianos les deux
  • Aguayo : 50 bolivianos
  • Où boire une bière: English Pub
    Bières boliviennes artisanales à un prix correct, les serveurs sont sympathiques et si vous restez quelques heure, on vous offrira sûrement un shot de courtoisie.
  • Prix en moyenne d’une bière de 710 ml : 20 bolivianos
  • Notre coup de cœur de bière artisanale : Prost de quinoa
  • Taxi jusqu’à la station de bus : 15 bolivianos

El Alto

  • Prix en moyenne d’un repas : 10 bolivianos
  • Cholitas Wrestling : 60 bolivianos

* petite information : 1 euro = 8 bolivianos 😌



4 thoughts on “La Paz : Chaos, marchés et foetus de lama”

  • Ah quel plaisir de redécouvrir cette ville que j’ai tant apprécié à travers votre séjour…
    Merci pour les informations historiques et culturelles, j’en avais loupé certaines !
    Profitez bien et au plaisir de lire vos prochains articles,
    VOUS ME MANQUEZ 🙁

  • Alors quel est le rapport prix entre bolvianos et euro ? Oui, je pourrai regarder sur internet… 😏
    Photo de ces fameuses et semble t il merveilleuses CHOLITAS !!!
    Envie de voir un combat de tresses !!!
    Là suite très bientôt ❤️

    • On a rajouté un convertisseur sur le blog pour que ce soit plus claire, vous pourrez faire les converstions comme ça!
      Bientôt des vidéos de ce fameux combat de tresses !
      Bisous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *