Sucre : Des murs blancs, des toits rouges et des églises

Sucre : Des murs blancs, des toits rouges et des églises

 

Accéder à Sucre depuis Cochabamba

Après avoir passé la journée à Cochabamba à visiter le peu de choses intéressantes qu’il existe dans cette ville, nous avons pris un bus de nuit qui partait à 21 heures et devait arriver à Sucre à 6 heures du matin avec l’agence El Dorado pour 80 bolivanos.

 

 

 

 

Il faut savoir que le terminal de bus de Cochabamba  est à l’image de cette ville, désordonné, bruyant, presque chaotique. Nous sommes arrivés avec 15 minutes d’avance, les quais étaient tellement noirs de monde qu’il nous était impossible d’avancer au bout de l’allée pour chercher notre bus. Stratégiquement, nous décidons qu’une seule personne tenterait de traverser la foule tandis que les trois autres garderaient les affaires. Mais non, pas de trace de notre bus. L’un d’entre nous est de nouveau parti, cette fois-ci dans le terminal afin de trouver une information au guichet. Comme nous l’avons déjà expliqué, l’organisation n’est pas l’une des plus grande qualités des boliviens, cette chasse à l’information s’est avérée infructueuse également. Nous avons attendu jusqu’à 21h45 et le bus a bien failli partir sans nous. Certains bus étaient obligé de se mettre en file derrière d’autres, ce qui ne les rendaient pas visibles depuis les quais où nous attendions. Malgré le stress, nous finissons tout de même par nous installer dans le bus qui eut le mérite d’être très confortable.

Le trajet se passe sans encombre mais qu’elle n’est pas notre surprise lorsque nous voyons les lumières du bus s’allumer, le chauffeur réveiller les derniers passagers et dehors le ciel noir. Eh oui, il était 4 heures du matin.

 

Se loger à Sucre

Bien que la Paz soit la capitale administrative, Sucre est la capitale historique et constitutionnelle de la Bolivie. C’est une ville au style coloniale  qui a conservé toute son architecture et est classifié “Patrimoine culturel de l’humanité” depuis 1991. De ce fait, le tourisme y est très développé et on peut trouver divers hotels à tout prix.

Malgré la déplaisante surprise d’être arrivés aux aurores nous décidons de prendre un taxi et de nous rendre dans le centre afin de trouver un hôtel qui nous laisserait faire le check-in. Par chance, un hôtel (Guadalupe Alojamiento) dans lequel nous avions dormi en 2014 avec Victor, semblait ouvert. Nous sommes reçus par une dame réveillée par notre venue. Il lui reste une chambre et elle accepte de nous laisser y dormir et ne payer que la prochaine nuit. Parfait. 

La chambre est basique, un dortoir de 5 lits, une salle de bain privée. Nous nous y installons et terminons notre nuit. La chambre semble encore en travaux, il y fait très froid, les murs sont décrépis et au réveil, lorsque nous souhaitons nous doucher, nous nous rendons compte que l’eau fuit dans la chambre et la salle de bain (d’à peine 3 mètres carrés) est complètement inondée. Ayant payé pour la prochaine nuit, nous nous résilions à y rester un jour de plus mais décidons tout de même de chercher un autre hôtel pour la seconde nuit.

En arpentant les rues de Sucre, nous trouvons un petit hôtel avec un joli patio, “Papa Imilla Hostel”. La nuit y coûte 40 bolivianos par personne pour une chambre privée, salle de bain partagée et le petit déjeuner inclus.

 

Manger à Sucre

Du fait d’un tourisme très développé, il existe une immense diversité de restaurant à sucre. Voici quelques restaurants bon marché qui nous ont beaucoup plu:

Restaurant végétariens :

  • “Prem el arte de vivir” rue San Alberto 54
  •  “Freya” rue Loa 751

Petit déjeuner

Le mercado central où vous pourrez déguster pour le petits déjeuners, des fruits par centaines aux couleurs et saveurs variées  avec du yaourt et/ou des céréales.

Pour le mal du pays :

“Le P’tit parisien” rue Estudiantes 65, qui propose une carte française relativement chère mais si vous vous “contentez” du menu du jour, vous pourrez pour quelques bolivianos déguster entrée/plat/dessert/boisson.

 

 

Les églises de Sucre

 

 

L’église de la Merced à été construite entre 1581 et 1630 et se trouve rue Azurduy 81. Au-delà de l’intérieur du bâtiment qui selon nous, n’a rien d’exceptionnel, pour 6 bolivianos, vous pourrez monter jusqu’aux clochers où se trouve un immense toit terrasse qui vous offrira une vue panoramique sur Sucre qu’il ne faut surtout pas manquer. Ouvert au public à partir de 10h00 à 12h00 et de 15h00 à 18h00.

 

 

 

 

 

 

 

Le couvent de San Felipe de Neri a été construit au 17ème siècle et se trouve rue Nicolas Ortiz 165. Aujourd’hui encore il est habité et entretenu par des bonnes-sœurs. Les portes sont toujours fermées mais il suffit de sonner, à partir de 14h30, pour que l’on vienne vous ouvrir. L’architecture est splendide. Vous arrivez dans un immense patio dont les couloirs extérieurs sont jonchés de voûtes. Vous pourrez également monter les deux étages afin d’arriver sur un autre toit terrasse, beaucoup plus grand que celui de l’église de la Merced. Un autre lieu incontournable de Sucre, accessible pour 10 bolivianos.

 

 

 

Une marche jusqu’à la place de la Fuente de la Peregrina

En partant de la place 25 de mayo (la place centrale), remonter la rue de la Cathédrale de Sucre jusqu’à arriver en haut des marches de la rue Grau (environ 1km de montée). Après les escalier, emprunter la première rue à droite en passant par le marché d’artisanat pour arriver jusqu’à la place de la Fuente de la Peregrina où se trouve un mirador. Nous vous conseillons d’y aller en fin d’après-midi afin d’observer le somptueux coucher de soleil.

 

 

 

I N F O R M A T I O N S  U T I L E S

Accéder à Sucre depuis Cochabamba

  • Depuis le terminal de bus avenue Ayacucho, compagnie El Dorado : 80 bolivianos
    (Trajet de 7 à 8 heures en moyenne)

Se loger et manger à Sucre

Papa Imilla Hostel : 40 bolivianos par personnes pour une chambre privée, salle de bain partagée et petit déjeuner inclus.

  • Menus dans les restaurants : 10 à 20 bolivianos en moyenne

Visite des églises

  • Eglise de la Merced : 6 bolivianos (de 10h00 à 12h00 et de 15h00 à 18h00)
  • Couvent de San Felipe de Neri : 10 bolivianos (à partir de 14h30)

 



4 thoughts on “Sucre : Des murs blancs, des toits rouges et des églises”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *