Antofagasta: Introduction a une ville sans backpackers

Antofagasta: Introduction a une ville sans backpackers

Oui, il y a une bonne raison de rédiger un article sur Antofagasta.

Premièrement parce que personne ne vient ici.
Deuxièmement parce que Victor vient d’Antofagasta et après avoir passé 3 ans à Montreuil, il était naturel de revenir vers la famille, les amis et Antofagasta.

Et justement, nous nous posons une question. Pourquoi personne ne vient ici?

 

Après avoir voyagé et cherché quelques réponses au comment du pourquoi, nous pensons avoir quelques pistes:

  • Premièrement: Antofagasta est très proche de San Pedro de Atacama pour prendre la peine de s’y attarder quelques jours.
  • Deuxièmement: L’hébergement est extrêmement cher et il n’existe pas d’hôtel pour backpackers.
  • Troisièmement: Le manque d’intérêts touristiques.

 

Nous ne discuterons pas du premier point qui est quelque chose de très personnel. Celui ou celle qui voyage peut avancer de 50 kilomètres par semaine et continuer de voir de découvrir de nouveaux endroits. Chaque chose en son temps.

Nous sommes tout à fait d’accord avec le deuxième point. Il est certain que dans la ville la plus chère du Chili, où le salaire moyen avoisine les 1100 euros, quasiment le SMIC en France, les hôtels peuvent se permettre d’augmenter leurs prix. Le manque d’hôtel Backpacker est un problème, nous espérons que cela change un jour. Pour le moment, couchsurfing est la solution la plus adaptée pour éviter de dépenser des sommes astronomiques dans un hébergement. Des retours que nous avons eu, cela fonctionne très bien à Antofagasta.

Le troisième point est de loin le plus discutable de tous. La quantité d’activités gratuites est bien plus élevée que dans d’autres villes touristiques.

 

En ayant accès à un vélo, qui soit prêté par votre couchsurfer ou bien loué, vous pouvez arriver à tous les endroits que nous allons vous présenter, il suffit dune application GPS offline (maps.me par exemple).

Toutes les routes commencent au port dAntofagasta comme point de référence.

 

 

 

 

Au nord dAntofagasta.

Monument naturel “La portada”.

C’est une arche naturelle de 43 mètres de hauteur qui faisait anciennement parti des falaises qui lui font face. Cette formation rocheuse se trouve dans la mer et n’est pas accessible à pieds car c’est un lieu protégé, les falaises non plus ne sont pas accessibles pour des risques d’éboulements. L’accès au belvédère est gratuit et se trouve a 21 kilomètres d’Antofagasta, en suivant la voie cyclable qui longe la cote.

 

 

 

 

Plage “las Lozas”.

Elle se trouve à 28 kilomètres d’Antofagasta et en chemin a la plage “la Rinconada”, elle marque la fin des falaises de la portada. Elle ouvre le golf qui se termine dans la réserve marine.

 

 

 

 

Plage et réservé marine “La Rinconada”.

Elle se trouve à 33 kilomètres au “nord-ouest” d’Antofagasta après la plage las Lozas. C’est une zone riche en diversité marine comme, par exemple, la coquille saint-jacques. C’est une belle plage de sable blanc et des eaux un peu plus tranquilles que la normale pour l’océan Pacifique. Il est possible d’y faire du camping sauvage. C’est également un paradis pour les sports nautiques comme le “kite surf”.
Il y a également un complexe balnéaire abandonné et une discothèque en ruine qui font penser à des décors de film a la Tim Burton.

 

 

 

 

Hito du tropique du capricorne.

Il se trouve à 23 kilomètres au nord d’Antofagasta, c’est un monument et calendrier solaire, il représente les solstices et équinoxes. Il mesure 12 mètres de haut.

 

 

 

Routes GPS pour accéder à ces lieux

 

 

 

 

Au sud d’Antofagasta

 

 

Faille Carrizo

Elle se trouve à 8 kilomètres de notre point de référence, cette faille a deux accès principaux auxquels il est possible d’accéder en vélo ou en transports. C’est un ancien ruisseau qui a creusé une faille dans le grès, formant des figures très agréables à la vue et dont l’érosion continue causée par le vent.

 

 

 

 

Roche Rouge et labyrinthe de la sorcière.

Il se trouve à 18 kilomètres au sud d’Antofagasta, en remontant une bifurcation à 3 kilomètres avant d’arriver à Coloso. Ce labyrinthe est entouré de murailles de roches hautes de 10 mètres dans certains endroits. Il tient son nom d’une formation où l’on peut observer une tête de sorcière. Durant cette marche, vous devrez escalader certains endroits mais sans aucune difficulté technique. On vous conseille d’y aller avec une route GPS car il existe plusieurs bifurcations au cours desquelles il est possible de se perdre.

 

 

 

 

Le port des pécheurs de Coloso et la plage Amarilla.

Coloso se trouve à 19 kilomètres d’Antofagasta, ce port de pécheurs abrite des restaurants, un belvédère, un quai qui s’avance au dessus de la mer et une plage de sable jaune.
Vous pouvez vous y rendre en vélo ou en bus avec la ligne 102. Pensez à confirmer avec le chauffeur à quelle heure passe le dernier bus pour le retour (vers 19h00 généralement).

 

 

 

Routes GPS pour accéder à ces lieux

 

 

 

 

Vers le nord

Colline El Ancla.

Elle se trouve à l’est, en face du centre historique d’Antofagasta et se caractérise par une ancre gigantesque positionné sur sa cime.
Sur cette colline vous pourrez apprécier une magnifique vue sur la ville, le port et l’océan pacifique. Vous pouvez accéder au début de cette marche en bus puis commencer la montée. Bien que le marche soit assez facile, nous vous recommandons tout de même de le faire avec des chaussures de trekking.

 

Réserve naturelle La Chimba

Elle se trouve au nord de la ville. Vous y trouverez beaucoup de failles dans les quelles il est possible de faire une grande quantité de trekkings et profiter de point de vues mais aussi d’observer la faune et la flore.

 

 

 

 

Aux alentours d’Antofagasta

El Médano.

Des arts rupestres côtiers qui se trouve à 150 kilomètres d’Antofagasta. Le médano est une faille dans laquelle il est possible de faire une marche commençant à 2000 mètres de hauteur et cours du chemin vous pourrez observer plus de mille peintures rupestres, l’expression de la vie des cultures pré-hispaniques. Des peintures de baleines, renards, alpagas, et la chasse à la baleine depuis de petites embarcations. La marche termine à 1000 mètres de hauteur en haut d’un précipice dont la descente est seulement accessible avec des équipements et un niveau technique d’escalade. 
Le seul moyen d’arriver à cet endroit est avec un véhicule 4×4 et d’utiliser des routes GPS. Nous avons eu l’opportunité d’y aller avec l’association “caminantes del desierto qui organise chaque semaine des sorties pour sensibiliser à la diversité de la région et sa protection.

 

 

 

 

Punta de Rieles.

C’est une plage aux eaux turquoises et calmes qui se trouve à 82 kilomètres d’Antofagasta. C’est un lieu parfait pour se relaxer et camper. La seule manière d’y accéder est en voiture, il n’existe pas de bus. Il est nécessaire de passer par la ville Mejillones où vous pourrez acheter des provisions avant d’aller à la péninsule qui mène à cette plage.

 

 

 

 

 

Antofagasta en bref…

 

Comme nous avons essayé de vous le démontrer dans cet article, Antofagasta est une ville pleine de ressources et ce n’est pas seulement un bon point de chute pour visiter tous ces endroits. Antofagasta c’est aussi une ville où il fait bon vivre, où même en hiver, il ne fait jamais froid. Une ville où vous pourrez manger un menu au marché central pour 3500 pesos, un ceviche ou un “perol” pour 2500 pesos ou encore une empanada de fruit de mer pour 1500 pesos au port des pécheurs. C’est également une ville où vous pourrez siroter un terremoto au bar populaire La Leonera ou alors un bière artisanale avec une vue sur la mer au bar Nomade. S’emmener un thermos et s’asseoir sur l’une des nombreuses plages de la ville et y observer le magnifique coucher de soleil.
Alors après toutes ces recommandations, on espère vous avoir convaincu et donner l’envie de venir y faire un détour.

 



4 thoughts on “Antofagasta: Introduction a une ville sans backpackers”

  • Mes préférées sont la faille Carrizo et le labyrinthe de la sorcière. Et bien entendu que nous allons venir à Antofagasta, à vrai dire je ne rêve plus que de ça !
    Bon voyage, soyez prudents. Des bisous et merci pour ce web voyage, vous nous faites rêver…

  • Je comprends que Victor ait tant apprécié le Cotentin quand je vois les photos d’Antofagasta! C’est super beau. Bises à tous les deux et continuez de nous faire voyager .

Répondre à JACQUELINE GARCIA Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *